Quand je mène l’enquête

L’idée d’une enquête d’un nouveau genre est née alors que s’apprêtait à sortir le livre de Sylvie Brunel, « Croquer la pomme ». Un ouvrage que je suis présentement en train de lire, écrit avec du cœur et du recul : l’auteur s’émeut de cette pomme qu’on calomnie et qu’on accuse d’être scandaleusement trop traitée. Sylvie Brunel est partie observer les producteurs du monde pendant qu’ils travaillaient et confie avoir rencontré des hommes et des femmes amoureux de leurs pommes, devenus de véritables orfèvres du végétal pour vaincre le ver et la pourriture tout en limitant leur impact sur l’environnement.

C’est un fait : les producteurs de pommes n’ont pas grand chose à voir avec l’image que l’opinion commune s’en fait. Ils n’ont rien de cet humanoïde désincarné qui balance du phyto par automatisme benêt, cupidité cynique, voire incompétence professionnelle.

Alors j’ai décidé de mener une enquête téléphonique durant le mois de décembre auprès d’un grand nombre de pomiculteurs. Histoire de voir auprès d’eux ce qu’ils pensent de leur image dans les média : sont-ils heureux ? Sont-ils fiers de leur métier ?

Vous êtes producteur de pommes ? Participez, vous aussi !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s