Cuba en pola

Cuba. Destination de mes rêves depuis toujours (= une rencontre amoureuse avec un cubain à Barcelone en 2006 + un intérêt marqué pour l’oeuvre et le personnage d’Ernest Hemingway + « Le vieil homme et la mer » qui m’a fait pleurer dans un avion).

Je retiens de ce pays, que j’ai eu l’occasion de fouler en août dernier, un sentiment de chaleur écrasante et de violence contenue. Le commerce ravagé, la double monnaie, la presse inexistante, les vies invisibles, les bâtiments délabrés.

Mais aussi, évidemment, la beauté irréelle de La Havane, debout et insolente, effrontée et presque vulgaire, en fait – et cette odeur d’essence ! – ; étonnamment superbe malgré son état de santé déplorable. Parce qu’on jurerait qu’il y a eu la guerre hier !

Je regrette d’être partie avec uniquement mon instax mini de chez Fujifilm et 60 poses. Une idée de carnet de voyage conceptuel stupide. Qui plus est avec un pola qui tient surtout du gadget… Cuba mérite évidemment qu’on la photographie sous toutes les coutures avec ce qu’on dispose de mieux en termes d’appareil photo !

IMG_1995
L’arme du crime : un pola qui tient du gadget. Une photo ratée sur deux : cadrage approximatif – d’autant plus qu’il est serré –  et seulement trois réglages de l’exposition. Bref : pas adapté pour un voyage si important.

Mes 2 coups de cœur :

  • La baie des cochons et son village de pêcheurs : logés chez l’habitant, nous sommes partis en calèche pour pêcher au lancer, en forêt puis en bord de mer. C’est également au départ de Playa larga que se trouvent des superbes spots de plongée.
  • Trinidad, haute en couleurs et en musique : la seule ville où l’on trouve un peu de commerce artisanal, avec un marché quotidien. Un passage par la Casa de la musica est obligatoire.
DSC00657
En haut : Bahia de cochinos. En bas : Varadero
DSC00660
Bahia de cochinos
DSC00661
La Havane. En haut : la chambre de notre première nuit cubaine. En bas : le quartier de Centro Habana
DSC00662
N’oublions pas que Cuba reste une île : les activités liées à la mer y sont multiples. En haut : Polo et un barracuda. En bas : Polo et un équipement de plongée.
Publicités

Cinque terre : colors of life

Je crois que cette escapade italienne entre amis a été la meilleure valorisation de pont de mois de mai que je n’ai jamais vécue. Nous sommes partis à 4 du 8 au 12 mai 2013. Niveau logement, un charmant appartement tout confort loué à Levanto. Transport : départ de Chambéry, à 4 dans une citadine : rien d’insurmontable. Sur place, l’activité principale consiste à randonner sereinement d’un village à l’autre (Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomagiorre ; chacun étant, excusez du peu, classé au patrimoine mondial de l’Unesco). Une fois arrivés au bon port du jour, visite & dégustations de spécialités italiennes. Tout compris (transport, location, restos), les 5 jours nous sont revenus à environ 320 €/personne.

L’occasion rêvée de redonner vie à votre compte Instagram délaissé : du relief, de la mer, de la montagne, des couleurs, des glaces italiennes. Un vrai bol de dolce vita, de sport doux et de nature à portée de porte-feuilles.

A noter, des trains sillonnent la vallée à horaires très réguliers et permettent de se déplacer très facilement d’un village à l’autre. Des bateaux proposent également la jonction.

Le véritable point noir, c’est qu’on n’est pas tous seuls : les trains sont parfois bondés de touristes en short et pull Polaire, affublés de bâtons de randonnée (des gens en réalité exactement comme vous, mais un peu moins sympas et franchement moins stylés).