Les fleurs, c’était mieux avant

J’ai toujours tendance à me raidir quand on aborde le sujet de l’érosion de la biodiversité. Les champs d’aujourd’hui, par rapport aux champs d’il y a trente ans, seraient faits de moins d’espèces végétales, de moins d’insectes, de moins d’odeurs, de moins de trucs qui grattent, qui caressent, qui colorent…

J’admets facilement qu’il y a là une part de vérité et que nos pratiques culturales ne sont pas étrangères à cet état de fait. Pourtant – par confort, sans doute afin de nier une certaine évidence – je me persuade être victime du syndrome du rétroviseur, le « c’était mieux avant » qui s’acharne à nous pourrir la vie (et qui la pourrit d’autant plus quand il s’agit d’impacts irréversibles sur l’écologie).

Il suffit alors de passer quelques jours dans des terroirs préservés pour en constater la diversité exquise. Un peu d’honnêteté intellectuelle, que diantre ! Et qu’on se le dise : les fleurs, c’était vachement mieux avant.

Photos prises aux Boussardes [Le Lauzet // Le Monétier-les-Bains]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s